inspired by Martina Bisaz

header-martina-bisaz

Une photo parfaitement éditée, pas à pas

Édition sur ordinateur

Depuis longtemps, je n’utilise plus que le format RAW avec mon appareil photo. Ainsi, les photos sont brutes lorsqu’elles sont enregistrées sur la carte mémoire. Cela signifie que l’on peut modifier de nombreux paramètres durant l’édition tels que la luminosité, le contraste ou les couleurs sans perdre en qualité ; ce travail sur les détails apporte plus de caractère à la photo. En réalité, les JPG produits par les appareils ne sont rien d’autre que des fichiers RAW optimisés et comprimés automatiquement, qui ont perdu toutes les données d'image inutilisées lors de la compression.

Sur mon ordinateur, j’utilise le programme Lightroom d’Adobe. Celui-ci m’offre d’innombrables options d'édition d'image. Moi-même, je tâtonne encore en matière d’édition et j’apprends sans cesse de nouvelles choses, mais c’est avec plaisir que je partage mes conseils de base concernant les processus d'édition d'image. Ce qu’il y a de bien là-dedans: On peut annuler les étapes d’édition à tout moment et essayer de nouvelles choses.

Après avoir importé la photo, je passe en mode «Développement». Là, je commence par adapter les éléments de base.

Exposition, contraste, lumière, profondeurs, clarté et dynamique sont les paramètres que je modifie le plus souvent. Mais bien sûr, les modifications que j'apporte ou non et leur importance dépend de chaque photo.

1

Courbe de ton

On dit de cette courbe qu’elle doit être en forme de S. Si on souhaite un look mat, il faut relever le point de départ de la courbe. C’est la partie qui correspond aux tons noirs et lorsqu’on relève le point, on exclut le noir absolu – les tons de noir s'atténuent.

2

Couleur et saturation

Jouez avec chaque nuance, les saturations et la luminance des différentes couleurs. Par exemple, si on souhaite que le orange ressorte, on peut augmenter un peu la saturation du orange et si celui-ci est encore trop sombre, augmenter la luminance de la couleur. L’outil permet également de procéder à des modifications extrêmes des couleurs. Un lac bleu peut ainsi devenir turquoise, et on peut transformer le orange en jaune ou en rouge. L’idéal, c’est encore de s'amuser un peu avec la courbe pour découvrir les différentes possibilités.

Lorsque le ciel est très bleu, je réduis souvent la saturation de la couleur bleue. De manière à rendre le ciel moins kitsch et que la photo ressemble moins à une carte postale. Mais c’est une question de goût, et bien sûr, vous devez éditer votre photo comme il vous plaît.

3

Corrections ponctuelles

Sous l’histogramme, des outils vous permettent d'apporter des modifications ponctuelles sur l’image. Les outils que j’utilise souvent sont le pinceau de correction d’une part et le filtre des dégradés de l’autre. Avec le pinceau, vous pouvez éclairer ou foncer des zones de l’image, renforcer la saturation, la précision et bien plus encore de manière ciblée. Je l’utilise souvent pour éclaircir ou assombrir certaines zones de l’image afin de diriger le regard du spectateur sur l’endroit qui me semble important. Et si certaines zones sont surexposées et que les détails disparaissent, vous pouvez réduire légèrement l’exposition par endroits.

4
Punktuelle Korrekturen

Dégradés

Ce filtre est très pratique pour éditer le ciel de manière ciblée. La plupart du temps, le ciel et le paysage sont exposés différemment, en particulier au lever et au coucher du soleil. Par conséquent, soit le ciel est correctement exposé, mais le paysage est trop sombre, soit le paysage est réussi mais le ciel trop clair. Avec les dégradés, vous pouvez contrer un peu cet effet.

6

Outil de réparation

Cet outil est pratique pour corriger les points qui proviennent d’un capteur poussiéreux. Mais pour les retouches compliquées, je préfère utiliser le programme «Photoshop».

Profondeurs de champ et corrections de la perspective

Dans le menu d’édition, il est également possible de régler la mise au point, de procéder à des corrections de l’objectif (Lightroom détecte automatiquement les objectifs utilisés), de corriger les distorsions ou de réduire ou d'augmenter le grain.

Exportation

Lorsque vous êtes satisfait du résultat final, vous pouvez exporter la photo. Retournez dans la bibliothèque et sélectionnez l’image de votre choix. Lors de l’exportation, vous pouvez encore procéder à quelques réglages tels que la détermination du format d’image ou de la qualité, qui permettent de réduire la taille du fichier.

Édition avec un smartphone

De nos jours, on peut même obtenir des photos superbement éditées avec différentes applis sur smartphone. D’ailleurs, de nombreux smartphones offrent la possibilité de prendre des photos au format RAW: le dernier Samsung Galaxy S8, l’iPhone SE, l’iPhone 6S (plus) et l’iPhone 7 par ex. C’est avec plaisir que je vous présente mes applications préférées pour éditer des photos sur mon smartphone. C’est avec plaisir que je vous présente mes applis favorites pour éditer des photos sur smartphone. Avec ces programmes, que l’on édite les photos qu’on a prises avec le mobile ou celles prises avec un appareil puis chargées sur le téléphone ne change pas grand-chose. Et le meilleur: Les applis sont gratuites et leur utilisation est un vrai jeu d’enfant !

«Snapseed»

Cette appli est un vrai must-have – elle est capable de tout ou presque! Pour commencer, je règle les éléments de base comme sur «Lightroom». La fonction «Élargir» ajoutée récemment est aussi très intéressante: Si vous souhaitez élargir la photo de quelques millimètres par ex., l’appli complète automatiquement ce qui manque. Si par la suite, vous souhaitez légèrement agrandir l’image, la zone de la photo ajoutée paraît tout à fait naturelle. Plus l'appli doit ajouter d’image, plus l’ajout sera visible, bien sûr, et cela peut créer des taches inesthétiques qui se répètent. Mais on peut également améliorer ce défaut avec l’outil de réparation.

7
Agrandir
8
Lest répétitions visibles doivent être améliorées avec «TouchRetouch» par ex.
9
Lest répétitions visibles doivent être améliorées avec «TouchRetouch» par ex.

Ce que j’aime aussi avec «Snapspeed,», c’est qu’on peut travailler le clair et l’obscur, le contraste et la saturation avec un pinceau. Malheureusement, la fonction se limite à trois options avec le pinceau. Depuis peu, l’appli comprend également une courbe de ton – évidemment pratique, et j’utilise cet outil de plus en plus souvent. Cette appli offre tellement de fonctionnalités que l’idéal, c’est encore que vous testiez ses nombreuses capacités.

Télécharger sur l’App Store (Mac)
Télécharger sur Google Play Store (Android)

«Polarr»

Cette appli est parfaite si vous souhaitez vous amuser encore plus avec les couleurs. Elle possède également quelques pré-réglages que vous pouvez modifier vous-même selon vos goûts. «Polarr» est une appli très complexe et clairement, il me faudra encore un peu de temps pour mieux maîtriser l'application. Mais elle semble très prometteuse.

Télécharger sur l’App Store (Mac)
Télécharger sur Google Play Store (Android)

10
Comme «Snapspeed» et «Lightroom», «Polarr» dispose elle aussi d'une courbe de ton.
11
Comme «Lightroom», «Polarr» permet elle aussi d’adapter les nuances de couleur.
12

«TouchRetouch»

Cette appli est une de mes favorites. Je l'utilise souvent pour éliminer les détails qui me gênent dans l’image comme les lignes à haute tension, les poteaux, les taches ou même des personnes. C’est vraiment génial, et tellement simple! On a par exemple la fonction «Supprimer un objet», qui permet de sélectionner l’objet que l’on souhaite supprimer et l’appli le fait disparaître comme par magie. Par ex., cela fonctionne surtout très bien lorsque l’objet est dégagé. Parfois, l’algorithme d'automatisation de l'appli crée des retouches un peu visibles, c’est pourquoi je privilégie l’outil de copie que l’on peut contrôler soi-même pour définir ce qui doit être copié et retouché et où. L'outil «Supprimer des lignes» est parfait pour supprimer des câbles dégagés comme les lignes haute tension.

Télécharger sur l’App Store (Mac)
Télécharger sur Google Play Store (Android)

 

13
Avec l’outil de réparation, je corrige les répétitions ou autres erreurs gênantes.
14
Supprimer un objet. La puissance du pinceau peut être ajustée dans les réglages.
15
GO
16
Et hop, la barre disparaît!

«VSCO»

Mon dernier conseil en matière d'appli est un incontournable: «VSCO» est très connue pour ses nombreux filtres qui donnent une apparence de films négatifs à vos photos. Généralement, j’utilise «VSCO» pour la dernière étape d'édition. J’ai quelques pré-réglages favoris, auxquels je recours régulièrement. En règle générale, je n’utilise les filtres qu’avec une puissance de 4 et de 10. Bien sûr, vous pouvez également adapter les pré-réglages individuellement, selon vos goûts. Par défaut, «VSCO» ne contient que quelques pré-réglages. Si on souhaite un plus large choix de filtres, il faut acheter les packs. J’en ai achetés quelques-uns et je trouve que ça en vaut la peine! Mais bien sûr, je ne les utilise jamais tous. J'ai mes filtres préférés et j’utilise presque tout le temps ceux-ci. Parmi eux, on peut citer: K2+3, A1, HB, Legacy 04+07 et C1-3.

Si vous utilisez toujours les mêmes préréglages ou les mêmes méthodes d'édition, vous intégrez votre propre style aux photos. Les gens me disent que mes photos dégagent un style particulier. Je ne sais pas s'ils parlent là des couleurs ou des sujets. Et moi-même, je n’ai pas vraiment d’idée sur la question. Pas parce que je ne souhaite copier ou ressembler à personne, mais plutôt parce que j’édite mes photos selon mes goûts. Et je vous le conseille également, puisque c’est ainsi que vous définirez votre style personnel.

17
Image avant.
18
19
Image avec pré-réglage K 2 et puissance 7.6.

Après l'édition d’une photo, bien sûr, je la poste sur Instagram. Il peut alors arriver que je procède aux tout derniers ajustements avec les outils d’édition d’Instagram. Entre l'édition d'image et le moment où je poste enfin la photo, plusieurs jours peuvent s'écouler. En effet, il arrive souvent que je ne sois plus si satisfaite d’un détail de mon édition, et que je le modifie encore avec Instagram.

Télécharger sur l’App Store (Mac)
Télécharger sur Google Play Store (Android)

20
K2
21
Legacy 04
22
A1
23
C1
24
Voilà l'image de départ. Retardateur sans trépied, appareil uniquement positionné sur mon sac, raison pour laquelle la photo était complètement inclinée.
25
Et voilà le résultat que je souhaitais obtenir.
26
Dégrader l’horizon avec «Snapspeed». Avec rotation et perspective horizontale. L'appli remplit automatiquement les trous manquants sur les bordures. J'ai supprimé les personnes qui se baignaient dans la mer qui me dérangeaient avec «TouchRetouch». ;)
27
Ensuite, j’ai édité la photo avec «VSCO».
28
Modifications de dernière minute avant la publication sur Instagram.
29

Toutes les photos de cette contribution nous ont été fournies par Martina Bisaz et sont protégées par son Copyright.

Martina Bisaz neben ihrem orangefarbenen VW-Bus

Martina Bisaz

Peu de suisses totalisent autant de followers sur Instagram. Avec ses photos de paysages, la grisonne de naissance Martina Bisaz enchante plus de 211 000 followers sur la plateforme-photo Instagram sous le pseudo kitkat_ch. Dans ses voitures de collection, une Fiat 500 et un van VW orange, la jeune femme de 36 ans parcourt la Suisse et le monde. Et comme pour Heidi, on peut dire de Martina qu’elle est dans son élément sur les cimes. Photos de versants enneigés impressionnants, lacs alpin d’un bleu azur et massifs montagneux suspendus dans le brouillard sont sa marque de fabrique. En 2017, Martina Bisaz a quitté son emploi d’illustratrice scientifique et depuis, elle travaille comme photographe indépendante et se consacre à son compte Instagram. Pour le blog photo inspire d’ifolor, Martina rédige une contribution mensuelle autours de l’univers de la photographie et des produits photo.

Autres articles

Vers le haut